Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La fleur au fusil

  • Trente minutes de bonheur

    Je dois dire que j'ai longuement hésité à me lancer dans l'aventure. Mais c'est en me répétant qu'on ne vit qu'une fois que je me suis finalement lancé, et que j'ai effectué mon baptême de l'air en avion de chasse. Une aventure stupéfiante dont j'aurais eu tort de me priver ! Laissez-moi vous raconter ça. Je suis arrivé aux alentours de midi à l'aérodrome de Saint-Jacques-de-la-Lande (près de Rennes) où j'ai fait la connaissance de mon futur pilote, un ancien de la Patrouille de France. Les autres participants sont arrivés presque en même temps : nous étions 3 à décoller ce jour-là. Nous avons suivi l'inévitable briefing nous décrivant l'expérience, ainsi que les caractéristiques de notre avion et les consignes de sécurité. Cela peut paraître barbant, mais quand votre instructeur vous explique le fonctionnement de votre siège éjectable, je peux vous dire que vous écoutez ! Enfin, le pilote a tiré au hasard notre ordre de vol : manque de bol, je venais en dernière position ! Je suis donc allé m'installer derrière les barrières de sécurité pour prendre mon mal en patience. Une heure d'attente, ce n'est évidemment rien après des semaines d'attente. Mais c'est surtout le fait de sentir le stress monter qui est insupportable. Quand est venu mon tour, j'avais les mains moites et la gorge sèche. Je suis allé mettre mon uniforme, puis j'ai enfin rejoint l'avion. Moment de doute à son approche : L’avion CM 170 sera-t-il à la hauteur ? Son esthétique montre qu'il commence à dater : sa création remonte au début des années 50, quand on y pense. Cependant, j'avais dévoré assez de récits sur le sujet pour me rappeler que c'est avant tout un appareil d'entraînement, et qu'il offre de bonnes sensations de vol. Sinon, la Patrouille de France ne l'aurait pas utilisé pendant deux décennies. J'ai respiré un grand coup et me suis finalement glissé dans la cabine. L'équipe m'a aussitôt harnaché à mon siège. J'avais l'impression d'être un pilote de formule 1 quand il arrive au stand de son écurie, pendant une course. Tout le monde s'agitait autour de moi avec des gestes précis. Enfin la verrière s'est refermée et l'avion a effectué son roulage pour rejoindre le bout de la piste et se mettre face à elle. Après tous ces mois d'attente, j'y étais. Difficile de décrire le mélange de joie, d'impatience et de panique à ce moment. Rien à dire sur le décollage. Un peu plus impressionnant que sur un vol classique, mais rien d'extraordinaire non plus. Nous avons ouvert les festivités par une étape de reconnaissance. La verrière me fournissait une vue magistrale tout autour. La journée étant superbe, le ciel était dégagé et l'on voyait loin, jusqu'à l'horizon. Après une dizaine de minutes l'appareil a enchaîné avec un vol à basse altitude. Puis, enfin, le moment du vol acrobatique. Le premier tonneau a été un choc. J'ai senti tout mon corps écrasé contre mon siège. Je n'ai pas eu le temps de recouvrer mon souffle que le pilote enchaînait sur une série de breaks. Après quelques breaks et quelques loopings, je me suis senti perdre conscience et j'ai dû contracter mes muscles autant que possible pour conjurer le blackout. Une expérience excitante, je peux vous l'affirmer ! Lorsque j'ai retrouvé le plancher des vaches, je dégoulinais de sueur et j'étais épuisé. Mais j'étais, surtout, heureux comme jamais. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de cette activité de ce vol en avion de chasse L-39. A lire sur le site internet de cette expérience de baptême en avion de chasse.

  • Du street art aux enchères

    Plus de trente personnes se sont déplacées dans le petit hôtel des ventes pour tenter d’acquérir l’une des œuvres de Birdy Freeman ou Ekiem. « 140, qu’en dites-vous monsieur ? Sans regret ? Adjugé ! » Le commissaire-priseur Hugues Taquet a animé une vente aux enchères moderne et accessible devant une trentaine de personnes ce dimanche. 130 œuvres de street art sont parties sous les coups de son marteau, ce dimanche, à l’hôtel des ventes de Mantes-la-Jolie. « Je suis très content, des pièces se sont vraiment bien vendues comme celles de Dezache ou de Shepard Fairey », sourit le jeune homme de 34 ans. En live sur Internet, par téléphone ou dans la salle, les acheteurs ont créé l’émulation. « C’est grisant mais il faut savoir s’arrêter. Dans ce cas, c’est important d’être deux », souligne Frédérique, habitante de Thoiry. Avec son mari Jean-François, ils ont acheté quelques toiles « à conserver pour certaines, offrir pour d’autres ». « Il y a le plaisir d’acheter mais pas seulement. On ressent de l’excitation et une certaine adrénaline quand on a de la concurrence », analyse le père de famille de 60 ans. La vente terminée, Stéphane repart avec deux toiles dans les mains. « Je voulais pouvoir les offrir à mes enfants à Noël, se réjouit ce chef d’entreprise de Mantes-la-Jolie. C’était une super vente en plus, ça dynamise un peu le territoire. » Si certaines pièces se sont vendues à petit prix, autour de 80 €, d’autres ont su faire sensation à l’instar du lot numéro 26. Adjugé à 2 600 €, « The Cliff » du peintre, illustrateur et street artiste de Bruxelles Oli-B, a remporté la palme de la toile qui s’est le mieux vendue.

  • La formation à la beauté ?

    Ceux qui sont intéressés à avoir une carrière brillante ont une excellente option de rejoindre une école de beauté et d'obtenir un diplôme en cosmétologie. En obtenant une formation spécialisée, vous pouvez profiter d'une carrière qui a des possibilités et une portée énormes. Vous gagnez beaucoup en fréquentant une école de beauté en Amérique. Les écoles de beauté offrent une éducation pratique. Ils sont la meilleure source d'apprentissage pour la mode avant, car ils s'adaptent aux tendances et aux modes en constante évolution. Les écoles de beauté offrent différents programmes, durée du programme et horaire. Une formation de base en coloration, shampooing et coiffage est proposée dans tous les domaines. D'autres cours, y compris le maquillage, les soins des ongles et des soins de la peau sont également offerts par de nombreuses écoles de beauté. Les étudiants qui rejoignent les écoles de beauté obtiennent de larges choix en ce qui concerne la durée du programme et le temps partiel ou à temps plein. Les étudiants, qui veulent terminer leurs cours plus rapidement, optent pour un cours à temps plein, tandis que d'autres employés ailleurs suivent des cours du soir. Les étudiants sont tenus d'assister à certaines heures minimales pour obtenir l'obtention du diplôme de l'école de beauté. Ils passent quelques heures dans la formation en classe et apprennent les techniques de style et la couleur, etc., à l'étage de la clinique. Les étudiants disposent d'une flexibilité totale dans la sélection de l'horaire en fonction de leurs heures de travail. Les écoles de beauté utilisent différentes méthodes et techniques d'enseignement telles que des démonstrations en direct par des instructeurs qualifiés, des vidéos, des exemples de manuels et des illustrations. Certaines écoles de beauté adoptent une approche en trois phases: une formation de base, adaptative et créative. La formation de base comprend l'introduction au coiffage, au maquillage et au soin des ongles. L'enseignement adaptatif comprend la gestion de salon et des sujets traitant des lois de l'État. Dans la phase de création de la formation, les étudiants suivent une formation pratique en travaillant sur différents clients. Indépendamment de leur affiliation à l'école et des programmes, les étudiants sont tenus de comparaître et de passer l'examen du Conseil d'Etat de cosmétologie. Ils ont besoin d'une licence pour travailler comme esthéticienne, cosmétologue ou coiffeuse. Les écoles de beauté sont des avenues de formation créatives où les étudiants ont l'opportunité d'apprendre avec plus de flexibilité. Les cours de formation en beauté à temps plein qui mènent à un grade d'associé, durent environ 9 mois, tandis que les cours pour les pédicures et les manucures sont à court terme. Les possibilités d'emploi pour les diplômés des écoles de beauté sont en constante augmentation, malgré des conditions économiques turbulentes. Les cosmétologues, les coiffeurs et les coiffeurs, les pédicures et les manucures connaissent une forte croissance de l'emploi dans tout le pays. Les spécialistes des soins de la peau et les maquilleurs ont de meilleures perspectives d'emploi. La plupart des écoles de beauté aident les étudiants à trouver un emploi immédiatement. Cependant, ce type de service n'est pas offert par les collèges de beauté traditionnels et les universités. Les cosmétologues diplômés de différentes écoles de beauté aux États-Unis gagnent une vie décente. Selon les statistiques de l'année dernière, les esthéticiennes diplômées des écoles de beauté gagnent un salaire moyen de 35 000 $ par année, dans une ville de taille moyenne, ce qui est comparable à celles des diplômés des universités. En dehors du salaire élevé, les cosmétologues gagnent beaucoup d'argent dans les pourboires chaque mois. Les autres revenus proviennent du travail indépendant sur la famille et les amis. Contrairement à la scolarité traditionnelle, la formation et l'éducation que les élèves obtiennent des écoles de beauté est beaucoup plus pratique. C'est une raison majeure pour laquelle les étudiants rejoignent les écoles de beauté en grand nombre. Les écoles de beauté sont sûrement la meilleure source d'apprentissage et d'élaboration d'une carrière brillante. Retrouvez plus d'informations sur la formation en SEO à Lille.