Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

A Bilbao

La semaine dernière, je me suis rendu à Bilbao pour suivre un séminaire où j'en suis venu à débattre de la situation actuelle avec certains invités, et en particulier de Daech. Au cours de la conversation, j'ai vu au cours de la conversation que beaucoup ne savaient pas faire la distinction entre patriotisme et nationalisme. Une lacune qui a clairement contribué à engendrer d'importants quiproquos. Or, si les deux termes sont parfois associés, ils ne se confondent pas. Le patriotisme désigne l'attachement de son pays. Un amour impliquant que l’on est prêt à le privilégier. Il est souvent assimilé au nationalisme, mais c’est dans les faits une idée beaucoup plus vieille, qui s’accompagne d'un fardeau idéologique moins substantiel. Le nationalisme impose que les nations existent comme entités réelles et distinctes; le patriotisme peut tout bonnement signi?er l'affection pour un territoire ou une bourgade ou à une qualité de vie et n’a aucun besoin d'introduire l’idée déterminée de « nation ». Le patriotisme est plus une inspiration qu’une position politique, en fait, même s'il peut quand même inciter à l’action dans certaines situations, en particulier en temps de conflit. On pourrait bien entendu penser qu’il croît dans la mouvance directe du conservatisme, mais ce serait oublier que les gouvernements de gauche ont fait appel au loyalisme patriotique. L'URSS s'en est servi au cours de la Grande Guerre, dite Patriotique (la deuxième Guerre mondiale. Dans certaine situations, le patriotisme peut servir d’enseigne aux partis, comme cela s'est produit en Angleterre au XVIIIe siècle, où le mot « patriote » en est venu à figurer une idéologie nationaliste; cependant des analogies de ce type ne sont jamais très pérennes. Si j'ai un seul regret pour mon séminaire en Espagne, c'est de n'avoir pas eu eu un moment à moi pour m'imprégner de la destination. C'est une chose qui m'exaspère souvent : être expédié en séminaire et manquer de temps pour profiter du endroit. J'espérais franchement entrevoir un peu plus la destination (d'autant plus que je n'y étais encore jamais allé), avec mes collègues ou en solo. Toutefois, nous avons passé l'intégralité de notre temps dans une salle de séminaire. Et par une curieuse ironie du sort, dans une salle qui exposait une vue magnifique par la fenêtre ! Je pense que mon employeur a réussi à réinventer le supplice de Tantale. Heureusement que l'organisation était exceptionnelle, ce qui contrebalançait un peu. Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste du séminaire en Espagne..

Les commentaires sont fermés.